Peau
est un livre de couvertures.

Couvertures manipulées, portées, qui ont vu s’ouvrir et se fermer mes pages durant trente ans, de 1993 à aujourd’hui.
Ces surfaces de carton, papier, cuir, plastique et métal contiennent et protègent des écrits, collages, dessins, mémos invisibles factuellement dans ce projet de livre mais bien présents par l’éloquence synthétique et liminale de ces couvertures dans leurs matières, textures, couleurs et patines qui illustrent mes routes géopoétiques et leur spectre.
Balises de mes temps, ces peaux sont à la fois collecte et time-line des empreintes du présent qui s’y est imprimé, tatoué, enregistré.
Contenantes du corps désormais inerte d’un présent devenu passé, elles donnent à voir sa trace dans le geste volontaire ou fortuit du pli, de la griffe, du collage et de la tache dans l’objet transporté-emporté par l’instant qui y est gravé.
Comme face à une toile récente ou de plusieurs siècles, où, las de la représentation figurée, je découvre un poil de pinceau prisonnier de la matière déposée par le peintre. Témoin de la marque de l’instant de son geste, ce poil mêlé à la trace du pinceau m’offre un tremblement émotionnel essentiel dans l’évidence de l’immanence du temps.
Ces peaux, que j’ai voulues alors dans une sobriété plastique ou de matières et ornements ostentatoires, signent les temps traversés dans ces trente années qu’elles couvrent.
Univers de poche et de sacoches, elles forment ensemble un portrait singulier.

Peau

Projet d’édition