Jérôme Mayer / Farida Amadou

 

Deux artistes. Deux.

Les cordes de Farida sont intérieures.
Telluriques, le son, la musique qu’elle donne traversent son ventre, les ventres. Elle crée un présent qui ne se donne qu’une fois.
De nouveaux temps. Sans cesse.
Je fais des images intérieures. Je joue le flux du présent. Ce que je filme existe maintenant en pensant à toujours.
Mon oeil glisse, plisse, tend, avale le mouvement du temps. Course affamée. Il plonge dans la fragilité des corps, des paysages.

En corps à corps avec la grâce et l’instant, Y-[u], deux êtres en frôlement avec l’esprit de l’animal.
Dans le sublime de la vie furieuse de la fin de l’instant et de la possibilité de la mort. Ubique, sonique, titanique, performatif, filmique et scénique.
Y-[u].

00:06:15:06
6’15 – 9 mai 2020

 

 

00:04:02:28
4’03 – 29 avril 2020

 

 

00:04:46:00
4’46 – 7 novembre 2019

 

 

00:17:47:15
17’47 – 11 novembre 2019
Un instrument, un corps, un visage. Des mains glissent, crissent, martèlent basse et espace. Temps caressé et violenté. Fusion, contagion dans un regard. Tremblement de corps.

 

 

00:18:17:04
18’17 – 24 octobre 2019
Les Brasseurs (Liège, Belgique)

00:08:38:00
8’38 – Avril 2020
(Bruxelles, Belgique)

00:05:42:16
5’43 – Juin 2020
(Bruxelles, Belgique)